Lors d’un atelier d’Art-Expressions, j »ai eu l’occasion de tester un papier se rapprochant du Yupo (papier japonais proche du papier synthétique, qui ne retient pas la peinture comme un papier aquarelle classique).

Une de ses faces est totalement hydrophobe donc impossible à travailler sauf à introduire du savon dans notre eau ou utiliser du gesso comme apprêt.

L’autre face est mate et accroche mieux la peinture, crée des effets intéressants, de nouvelles traces à inventer. Les couleurs se mélangent aléatoirement, comme sur du Yupo, on ne peut présumer de rien tant que la peinture n’est pas sèche, mais on peut ôter la couleur très facilement et ainsi révéler la couche inférieure si la peinture n’est pas trop ancienne (dans la journée). On peut utiliser ses couleurs très fluides ou pâteuses selon le besoin.

J’ai réalisé une grappe de raisin sur ce papier en commençant par le bord supérieur gauche, pour meubler l’espace au fur et à mesure et voir où me mène la composition. Mon sujet comme toujours est un prétexte, je ne le copie pas mais m’en inspire, il ne me sert qu’à démarrer une ambiance. Ici, c’était l’occasion de donner un bon contraste en négatif : la zone claire du grain de raisin est définie par l’espace sombre qui l’entoure.

Je pense qu’en peinture, on ne peut pas raisonner en terme de lignes, comme on le fait trop facilement au dessin où l’on matérialise la limite qui oppose deux espaces par un trait, une ligne. En peinture, on parle plutôt de surfaces qui se touchent, s’interpénètrent parfois.

Catégories : Technique

23 Comments

Les commentaires sont fermés.

Articles similaires

Couleur

Bleu de Sienne

J’écoutais il y a quelques jours un livre audio de Balzac (la Comédie Humaine), qui faisait référence à la couleur du costume d’un ordonnance de Napoléon : Bleu de Sienne. Comme je ne connais pas Lire la suite…